Hommage à T.·.Ill.·. et T.·.C.·.F.·. Georges Martin

GM GEORGES MARTIN

Hommage à T.·.Ill.·. et T.·.C.·.F.·. Georges Martin, Fondateur de notre Ordre, tenue au cimetière de La Ferté-Saint-Aubin, département de la Loire, le 24 septembre 2016, E.·.V.·.

T.·.Ill.·.S.·. Yvette RAMON
Grand Maître de l’Ordre

J’ai le redoutable honneur, au nom de tous les membres de l’Ordre et de leurs représentants ici réunis autour de vous, d’adresser toute notre reconnaissance à celui qui a fondé un Ordre maçonnique dont le nom est en lui-même, tout un programme.

Très Illustre Frère, l’émotion que nous éprouvons aujourd’hui autour de vous est sans doute la même que celle qui étreignait la T.·.Ill.·.S.·. Marie Bonnevial le jour de vos obsèques. Elle évoquait votre vie faite d’une incomparable générosité, d’une inlassable activité, d’une foi ardente dans la certitude de la justesse de vos combats pour la justice, l’égalité, la dignité des êtres humains.

Parce que vous étiez par excellence homme de devoir, vous aviez une haute idée du droit. (Marie Bonnevial)

Grâce à Maria Deraismes, grâce à vous qui avez épousé les luttes de femmes, celles-ci se sont évadées en partie des prisons dans lesquelles nos mœurs les avaient enfermées. (Marguerite Martin)

Il restait à faire davantage encore pour elles, en cette fin de XIX° siècle :

  • leur donner la possibilité d’accéder à l’initiation maçonnique,
  • leur donner la possibilité de poursuivre, comme les hommes, le processus initiatique jusqu’à son terme,
  • donner ces possibilités aux hommes et femmes du monde entier.

Cette lutte de tous les instants, vous l’avez menée pendant des années auprès des obédiences masculines. Vous pensiez, dans votre générosité naturelle, que l’ouverture d’esprit d’un franc-maçon saurait vaincre les obstacles. Il aura fallu bien des déceptions avant que vous vous décidiez, avec Maria Deraismes, et des SS.·. engagées avec vous, à poser les fondations d’une obédience mixte. Ensuite, et toujours soucieux d’équité, vous avez fondé le premier Suprême Conseil Mixte universel accessible aux francs-maçons, hommes et femmes, membres d’une organisation internationale que vous avez imaginée afin de répandre ses principes émancipatoires sur les deux hémisphères.

Vous avez voulu réaliser l’unité interne en supprimant la rivalité entre ateliers bleus et ateliers de hauts grades. (Marc Grosjean)

Nous tous ici, représentants des fédérations du DROIT HUMAIN, nous sommes tous différents, mais nous sommes tous vos enfants.

Nous sommes différents, mais unis par l’idéal pour lequel vous vous êtes battu si longtemps et auquel vous avez voué toute votre vie.

Vous avez ouvert un chemin original, en respectant la justice, l’équité, la fraternité.

Vous nous avez donné un nom magnifique, LE DROIT HUMAIN : à lui seul ce nom est un programme de vie haute et digne.

Autour de votre tombeau, nous sommes émus, et reconnaissants : sans vous, nous ne nous serions jamais connus ; sans vous, nous ne nous serions jamais appréciés ; sans vous, peut-être même aurions-nous été adversaires lorsqu’on considère le monde actuel. Grâce à vous, nous avons la possibilité d’aimer l’Humanité dans ses diversités et de travailler, comme vous le souhaitiez, à son progrès moral, intellectuel et spirituel.

Depuis votre départ pour la Grande Loge Éternelle, LE DROIT HUMAIN a connu des moments difficiles, il en connaîtra sans doute encore. Mais, tant qu’il sera fidèle à votre volonté, fidèle à votre idéal, fidèle aux principes et préceptes que vous avez défendus, il vivra et prospèrera.

La phrase de nos rituels : L’amour est plus fort que la mort n’a jamais été plus vraie qu’aujourd’hui.

T.·.Ill.·.F.·., reposez en paix, vos Frères et Sœurs promettent de continuer votre œuvre et d’entretenir la flamme qui n’a cessé de vous animer.

 

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.